Les réformés ne veulent plus de patriarche Cyrille

Lors du Synode d’été de la faîtière des Églises réformées de Suisse, les délégués ont largement accepté une motion demandant que soit examinée la suspension de l’Église orthodoxe russe du Conseil œcuménique des Églises (COE).

Qui doutait encore de la dimension religieuse de la guerre en Ukraine? Selon Michel Müller, président de l’Église réformée zurichoise et auteur d’une motion anti-Cyrille soumise au vote lors du dernier Synode (organe délibérant) de l’Église évangélique réformée de Suisse (EERS), qui s’est tenu à Sion entre les 12 et 14 juin derniers, l’attitude du patriarche de l’Église orthodoxe russe est «insupportable pour l’ensemble de l’œcuménisme».

Ayant récolté 44 «oui» contre 29 «non» et trois abstentions, la motion en question demandait à l’EERS, qui siège au comité central du Conseil œcuménique des Églises (COE), «d’examiner la suspension, voire l’exclusion, de l’Église orthodoxe russe du COE», qui fait partie des 352 Églises membres. La démarche, lancée par les Églises réformées de Zurich et du Tessin, et soutenue par celle de Neuchâtel, avait pour ambition que l’EERS, la faîtière des Églises réformées de Suisse, critique «la légitimation ecclésiale par le Patriarcat d’une guerre d’agression et de crimes de guerre présumés», comme le stipulait la motion. Pour Michel Müller, qui a longuement pris la parole ce lundi à Sion, voir son Église «rester membre d’une association dont l’un des autres membres soutient une guerre absolument brutale et cruelle représente une réelle souffrance», a-t-il notamment déclaré.

Genève, puis Karlsruhe

À l’approche de l’assemblée générale du COE, qui se tiendra cet automne à Karlsruhe, en Allemagne, l’adoption de cette motion pose la question d’une potentielle rupture de dialogue avec l’Église orthodoxe russe. Selon Heinz Fäh, délégué saint-gallois de l’EERS qui assistera à l’assemblée de Karlsruhe et qui a également pris la parole lundi à Sion, «il serait impossible de faire entendre raison à l’Église orthodoxe russe si elle ne s’asseyait plus à la table du COE». Toutefois, dans le texte de sa motion, Michel Müller renseignait sur le fait que «le simple objectif du maintien du dialogue ne saurait être déterminant, car il est possible de mener des échanges même avec un membre suspendu, pour autant que la position du COE soit claire».

Du côté du Conseil (exécutif) de l’EERS, un avis défavorable a été exprimé contre cette motion. La présidente des réformés, Rita Famos, a exprimé lundi qu’une suspension «creuserait un fossé avec le monde occidental». Pour Pierre-Philippe Blaser, président de l’Église évangélique réformée du canton de Fribourg et membre du Conseil de l’EERS, «cela reviendrait à donner de l’eau au moulin du patriarche Cyrille, selon lequel l’Occident est en pleine décadence». Et d’ajouter que, «en restant membre du COE, l’Église orthodoxe russe ne risquera pas de se sentir autosuffisante». Mais le texte est largement passé, ce lundi. Aussi, Serge Fornerod, en charge des relations extérieures de l’EERS, a reçu le mandat de demander officiellement cette exclusion au COE. Son comité central se réunit actuellement à Genève, et ce jusqu’à samedi. Lien

5 commentaires sur “Les réformés ne veulent plus de patriarche Cyrille

  1. Le Comité central du Conseil œcuménique des Églises a adopté une résolution finale sur l’Ukraine

    La réunion du Comité central du COE s’est tenue à Genève du 15 au 18 juin. « Nous aimerions vous rappeler que deux tables rondes du COE ont eu lieu en préparation de l’assemblée, prévue pour la fin de l’été – le début de l’automne. Sur la base des résultats de cette réunion, un document final a été adopté, dans lequel les participants à la réunion » :

    Demandez un cessez-le-feu immédiat.

    Appeler toutes les parties à respecter le droit international et le traitement humain des prisonniers de guerre;

    Sont appelés à ne pas instrumentaliser le langage religieux en tant qu’excuses de guerre ;

    Appeler les Églises ukrainiennes et russes – participants au COE – à utiliser la plate-forme œcuménique du COE pour établir un dialogue ;

    Les appellent à renforcer leur voix pour faire face à la destruction et à la mort continues de civils en Ukraine;

    Ils demandent au Secrétaire général par intérim du COE de diriger les délégations à Kiev et à Moscou pour rencontrer les dirigeants des Églises là-bas afin de renforcer leur influence sur les gouvernements afin de mettre fin à la guerre;

    Ils demandent au secrétaire général par intérim du COE de faire tout son possible pour la présence de la délégation ukrainienne à la prochaine assemblée.

    #Vsc #œcuménisme #interchrétien #Russie #Ukraine

    https://www.oikoumene.org/resources/documents/wcc-central-committee-statement-on-the-war-in-ukraine

    https://t.me/shaltnotkill/1019

    J’aime

  2. clarification pour l’article sur la biographie du Patriarche Cyrille :

    En septembre 1971, il est fait archimandrite. De 1971 à 1974, il est représentant du patriarcat de Moscou au Conseil œcuménique des Églises
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Cyrille_de_Moscou

    Le Conseil œcuménique des Églises (COE ou CŒE, en anglais World Council of Churches – WCC) est une organisation non gouvernementale à intérêt social et à caractère confessionnel, fondée en 1948, qui se veut une « communauté fraternelle d’Églises qui confessent le Seigneur Jésus-Christ comme Dieu et Sauveur selon les Écritures et s’efforcent de répondre ensemble à leur commune vocation pour la gloire du seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit » [1]. L’objectif du COE est l’harmonie entre les chrétiens au travers de réalisations concrètes communes. Il n’a pas vocation à devenir une « super-Église ». Son siège est situé au Grand-Saconnex, près de Genève en Suisse.

    J’aime

  3. C’est très difficile de se taire et c’est très difficile dans toutes ces mailles de s’exprimer , sans être tortue rentrant tête sous carapace . La Chrétienté ne devrait pas se taire

    J’aime

  4. Le piège de l’oecuménisme se referme sur l’Orthodoxie car chaque Eglise autocéphale discute seule avec les autres dogmes.C’est un oecuménisme désordonné qui a exclu l’Eglise russe et de facto les autres Eglises orthodoxes en communion avec Moscou.Le dialogue théologique avec les autres confessions est une bonne chose si les Orthodoxes adoptent une démarche commune en élaborant un véritable oecuménisme orthodoxe basé sur les canons et non sur des notions morales ou philosophiques que beaucoup d’orthodoxes critiquent et méme qui sont source de schismes.L’exclusion du Patriarche Cyrille ne concerne pas uniquement l’Eglise russe mais toutes les Eglises orthodoxes.L’ecclésiologie orthodoxe est très ardue et subtile que seuls les orthodoxes conçoivent.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s